inédit en français

édition critique & pseudo-fac-similé

ISBN : 978-2-9574976-0-7

tirage : 500 exemplaires

format : 14×19 cm

nombre de pages : 250 (sous réserve)

prix : 19€ (sous réserve)

 

date de parution : janvier 2021 (sous réserve)

António de Alcântara Machado

Brás, Bexiga et Barra Funda

(Informations de São Paulo)

« Brás, Bexiga et Barra Funda est l’organe des Italo-Brésiliens de São Paulo. (…) Brás, Bexiga et Barra Funda, en tant que membre de la presse libre, tente de fixer tout au plus quelques aspects de la vie laborieuse, intime et quotidienne de ces nouveaux métis nationaux et nationalistes. C’est un journal. Rien de plus. De l’information. C’est tout. Il n’a ni parti ni idéal. Il ne commente pas. Il ne discute pas. Il n’approfondit pas. (...) Dans ses colonnes, on ne trouve pas une seule ligne de doctrine. Ce ne sont que faits divers. Événements de la chronique urbaine. Épisodes de la rue. (...) Brás, Bexiga et Barra Funda n’est pas un livre. »

(La rédaction.)

Le Brésilien António de Alcântara Machado (1901-1935) se forme dans le journalisme au début des années 1920 et rejoint bientôt l’avant-garde de São Paulo, dont il se fait un enthousiaste agitateur, assumant la direction de la revue Terra roxa e outras terras (1926) et de la fameuse Revista de Antropofagia (1928-1929). Après la parution remarquée du reportage Pathé-Baby (1926) – déjà disponible en français –, il s’impose avec les nouvelles de Brás… (1927) et de Laranja da China (1928) comme un prosateur essentiel de sa génération, en styliste hors pair et génie de la forme ultra-courte. Disparu précocement, il laisse quelques nouvelles éparses, un roman inédit, des travaux érudits du côté de l’historiographie brésilienne et une œuvre copieuse de journaliste, critique et chroniqueur. À l’égal de ses amis Oswald de Andrade et Mário de Andrade, il demeure aujourd’hui un classique du modernisme brésilien.

traduction du portugais (Brésil),

suppléments, notes, bibliographie & postface

d’Antoine Chareyre

 

« Une affaire sérieuse. »

« En fin de compte, ce que voulait vraiment Alcântara Machado c’était tuer la littérature. Il l’a tuée. Brás, Bexiga et Barra Funda est le meilleur journal jamais apparu au Brésil. Il ne contient pas une goutte de littérature. »

Carlos Drummond de Andrade

 

« Ses livres sont tous des sortes de chef-d’œuvre parce qu’il réalise toujours intégralement ce qu’il a entrepris. »

« Un exemple typique de l’affaire pliée. »

Mário de Andrade

 

« Je le baptiserais volontiers António de Alcântara Machado de Assis. »

Oswald de Andrade

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now