top of page

Alcântara Machado à l’université


«Les chemins du livre dans l’Atlantique: entre médiation, traduction et réception»: c’est l’intitulé d’une Journée d’étude internationale qui se tiendra pas plus tard que mardi 16 mai 2023 à la Cité internationale universitaire (Paris 14e) — et en ligne via Zoom —, sous l’égide de Sorbonne Université et de l’Universidade Federal de Minas Gerais.


De bon matin ou presque, dans une table ronde sur «Les chemins de l’édition», le traducteur en chef de L’oncle d’Amérique n’évitera pas une petite bafouille dont voici le titre: «Import-export: le cas d’António de Alcântara Machado», et le résumé officiel:


«La récente traduction de Brás, Bexiga et Barra Funda (1927), fameux volume de nouvelles d’António de Alcântara Machado (1901-1935), a pu venir combler une lacune objective dans notre réception des lettres brésiliennes. En donnant à lire si tardivement un classique du modernisme, il s’agissait également de produire une édition critique susceptible de faire référence, synthèse mais aussi révision et reprise des recherches sur le texte et son auteur. De là, en retour, l’opportunité d’une publication au Brésil même, propre à favoriser de nouvelles lectures d’une œuvre un peu malmenée dans ses dernières rééditions en date, et à remettre en évidence un grand oublié dans les commémorations du centenaire du modernisme. Antoine Chareyre, responsable de l’édition française comme de la nouvelle édition brésilienne en préparation, témoignera des conditions concrètes et des enjeux nullement divergents de cette double démarche.»


Au programme [ci-contre], on ne manquera pas entre autres l’évocation des cas de Machado de Assis, de Murilo Rubião — dont Dominique Nédellec proposait récemment une première traduction d’ensemble (L’ex-magicien de la taverne du Minho, éd. L’arbre vengeur, 2021) —, et les réflexions du traducteur Mathieu Dosse.


Qu’on se le dise.

*

Présentation officielle:






bottom of page