La critique de l’avant-veille (4)

Les critiques contemporains n’ont pas nécessairement le dernier mot, mais précisément parce qu’ils auront eu le premier, il est rarement vain d’aller voir ce qu’ils écrivirent en leur temps d’une œuvre devenue un classique, ou pas.

Suite de notre feuilleton critique autour de Brás, etc. d’Alcântara Machado, avec cette note anonyme où tout est dit, ou presque.


Brás, Bexiga et Barra Funda

Le nouveau livre d’António de Alcântara Machado


M. António de Alcântara Machado, l’un des noms les plus en vue dans la génération moderne des écrivains paulistes, vient de publier son deuxième livre : Brás, Bexiga et Barra Funda, avec l’épigraphe suivante : «Informations de São Paulo». Le livre est d’une facture tout à fait originale. L’auteur cherche à styliser des aspects de notre vie urbaine et de la nouvelle race italo-brésilienne, qui se forme ici. Pour cela, il a dépouillé son art du moindre ornement ou fioriture littéraire que ce soit.

Il n’a pas voulu faire de littérature ; il a voulu mettre dans son livre les types dans leur réalité la plus simple, et saisir des aspects de la vie, sans recourir au kaléidoscope de la rhétorique et de la grammaire. On ne peut nier que le procédé d’Alcântara est neuf et personnel. Il cherche à être le plus simple possible — c’est pourquoi il a écrit des informations et non des fictions — afin d’impressionner non par les arabesques et les «ficelles*» de langage, mais par la pénétrante vérité des scènes et des personnages. Cependant, Alcântara abuse parfois d’un tel procédé et tombe dans une tachygraphie inexpressive de dialogues. Mais il a admirablement atteint son objectif — il a écrit un livre brésilien, des plus actuels, original et intéressant. Des nouvelles brèves, un mince volume, une lecture rapide et sans détours, Brás, Bexiga et Barra Funda est en tout une œuvre du moment, qui saisit des instantanés d’un peuple et d’une ville dans une franche période de transformation.


Trad. A. C.


(Source : «Braz-Bexiga-Barra Funda : O novo livro de Antonio Alcantara Machado»,

A Gazeta, São Paulo, 17 mars 1927, p. 5.)

125 av. Simon Bolivar

75019 Paris

antoine.chareyre@loncledamerique.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now